[highlight color= »cool-blue » style= »style-1″]Compte-rendu Julien[/highlight]

Je suis parti au stage avec quelques questions en suspend. La première, après 3 mois
d’inactivité cycliste, allais-je tenir ? Comment allait être l’ambiance ? Et est-ce raisonnable de
partir le jour de l’anniversaire de sa femme ?
Bon, après lui avoir offert un gros bouquet de fleurs pour me faire pardonner, je suis parti à
Pertuis pour rejoindre le reste de la troupe. Après le casse tête du chargement, nous voilà
parti. Les premières rigolades n’ont pas tardé à se faire entendre, en compagnie de Jean-
Marc, Théo, Olivier, Pascal et Jean-Louis, et rejoint sur l’aire d’autoroute par Jean-Marie,
Vincent et Patrick. Bref, je me suis dis que niveau ambiance, ca devrait le faire. Restait la
question de la condition !
En voyant le mercredi soir revenir Claude, Michel et surtout Stéphane, j’ai eu peur… Ils avaient
l’air lessivé après 90km et notre plus petite sortie prévue était de 108 km ! (sauf la demijournée
de dimanche).
Après un accueil chaleureux à l’hôtel et le rangement des vélos, nous voilà attablés. La
encore, l’ambiance était au rendez-vous, avec un Jean-Marie toujours prêt à faire une blague.
Le lendemain matin, on se prépare avec Théo. On se demande s’il faut prendre le K-way, les
manchettes, etc.… Quelle quantité de barres céréales et de sporténine prendre ?
Le petit déjeuner pris, le stress monte et on part récupérer notre vélo direction Argelès sur
Mer. Nous voilà partis, et me voilà rassuré. Au bout d’une cinquantaine de kilomètre, je ne
suis pas distancé, ouf. Le col de Banyuls quelle épreuve, mais quelle fierté d’être arrivé en
haut.
Après avoir attendu Jean-Louis en haut du col, qui n’est jamais venu, nous avons fait une
escapade en Espagne, dont le village de Robes où nous nous sommes perdus. Heureusement
que Michel connaissait parfaitement la route après avoir perdu « Le PAPIER ». Direction ensuite
la tour Madeloc pour la deuxième grosse difficulté, et surtout la photo de groupe. Retour à
Argelès sur Mer, mais gare à la descente ! D’ailleurs, on s’attend au croisement, n’est-ce pas
Pascal et Claude !
Le maillot jaune gagné, on rentre à l’hôtel. Et bien évidemment on passe une bonne soirée
(sans oublier la Leffe et le rapido au bar PMU du Boulou)
La deuxième journée fut difficile, en particulier pour la descente de Palomère longue de 22km
et sous la pluie. Heureusement qu’on a trouvé refuge dans un bar pour manger, et que
Vincent a eu la bonne idée d’avoir un peu d’espèce sur lui, pour se payer un café. Après, on a
pris notre courage à 2 mains pour remonter sur le vélo (mouillé). Après quelques kilomètres,
la pluie a cessé et nous voilà reparti pour les 3 prochaines heures. Quelques « descentes »,
selon Michel, nous ont attendues ; tout comme nos valeureux danseurs en haut du col de la
Font Rouge. Heureusement que Jean-Marie a immortalisé tout ça !
Après avoir roulé fort, nous avons neutralisé la fin de la journée en prévision du lendemain, et
j’ai hérité, mais non mérité, le maillot jaune. Le sprint n’a pas eu lieu ! Comment aurions-nous
passé la voie ferrée lancer à fond ? Et il fallait gérer l’effort également pour le lendemain.
La troisième journée fut enfin bien ensoleillée, mais difficile. On a d’ailleurs passé notre temps
à remplir les gourdes. Un des très bons moments de ce stage fut la montée du col de la
Descargue, où nous avons roulé à 5 pour gravir les 13 derniers kilomètres d’ascension. Arrivé
à Coustouges au bout de 94km, Jean-Marie nous sape le moral en nous disant qu’il reste 54
km (et il ne s’est pas trompé) alors qu’on était déjà sur les rotules. Finalement, nous sommes
rentrés vite avec les belles routes Espagnoles et la montée facile du Perthus, aidé par
l’adrénaline des voitures. Au final, le sprint est lancé de loin, mais Stéphane, Patrick et moimême
nous avons été coupés dans notre élan par une voiture qui nous a grillé la priorité. Il
était trop tard pour conserver le Maillot Jaune, mais quelques derniers efforts pour tenter de
rattraper les 5 premiers. Au final, Olivier aura mérité son maillot mais j’ai eu l’honneur de le
transmettre à Jean-Louis, pour nous avoir suivis, supportés, photographiés et nous laissant de
très bons souvenirs.

Le samedi soir, après s’être fait payer l’apéro par notre hôte, qui a eu un fils le jeudi même,
nous avons suivi la finale de ligue des champions. Les pronostics divergeaient, mais c’était
surtout l’occasion de passer une dernière soirée ensemble avant de repartir.
Le dimanche matin, direction la Jouquera pour quelques courses. J’en ai profité pour me faire
pardonner une deuxième fois, en achetant le parfum préféré de ma femme. Elle a hâte que je
reparte du coup !
Quoi qu’il en soit, de grands moments de vélo, de convivialité et l’occasion de découvrir les
gars ailleurs que sur un vélo.
J’espère que mon emploi du temps me permettra de repartir l’an prochain. Je l’espère pour
pouvoir découvrir de nouveaux paysages, ou bien pour enfin voir « Eden-haris »!

[highlight color= »cool-blue » style= »style-1″]Compte-rendu Pascal[/highlight]
Mythique, fabuleux…au delà de la légende…
Vraiment ce stage me conforte dans l’idée que je me fais de la vie d’un club associatif quel
qu’il soit. Camaraderie, enthousiasme et solidarité dans tous les aspects d’une telle sortie et
de tous ces jours passés ensemble….combien différent de la sortie du dimanche matin bien
que j’y aille avec beaucoup d’envie mais ces jours resteront un merveilleux souvenir. Je dois
saluer, les meilleurs grimpeurs, qui ont eu la gentillesse et l’esprit club pour toujours
attendre les moins « meilleurs » en particulier moi même, on ne peut pas être bon dans tous les
domaines, mais être derrière et avoir en ligne de mire dans les cols les fessiers des premiers
çà motive. J’ai fort apprécié ce séjour rempli d’effort mais tellement récompensé de parcours
magnifiques. Je le dis sincèrement ce type de stage doit être renouvelé impérativement, car
non seulement nous fait progresser dans notre discipline et surtout cristallise l’amitié des
participants.
Dommage que Jean-Louis n’ait pas pu toujours être avec nous sur le vélo.
Mais je le remercie très chaleureusement et très sincèrement au nom de tous les participants
pour être venu tous les jours avec le camion d’assistance à notre rencontre après sa sortie :
encouragement, photos, logistique, appui technique, alimentation…et sa bonne humeur….UN
GRAND MERCI Jean-Louis.
Ce type d’événement participe comme bien d’autres, mais je pense beaucoup plus encore, au
socle de la vie de notre club.

[highlight color= »fire » style= »style-1″]1ère étape 17 mai[/highlight]
Argelès sur mer, Banyuls, Rabos, Cerbère, La Tour Madeloc, Collioure
108km 2025m dénivelé
Beau temps un peu venté
Cols : col de Banyuls, de la Tour Madeloc, col de Prats de Mollo
Cette année, nous sommes surpris par le dénivelé car nous partions de 88m (altitude à l’hôtel)
Départ sympa au bord de mer, par Collioure, Port-Vendres, jusqu’à Banyuls, puis le col avec
des pourcentages de plus de 15% sur la fin, un passage en Espagne pour revenir en France par
le bord de mer et attaquer le col qui mène au pied de la Tour Madeloc.
Michel a mené tout son monde à bon port, son tracé et sa connaissance ont fait que tous les
participants ont apprécié cette mise en jambes.

[highlight color= »fire » style= »style-1″]2ème étape 18 mai[/highlight]
Céret, Vinça, Thuir
125 km 2004 m dénivelé
Temps nuageux, venté surtout au retour (vent 3/4 face)
Cols : col Fourtou (648m) coll del Fang (670m) coll del Ram (670m) col Xatard (752m)
col de Palomère (1036m) col de la Font Rouge (452m)
Seul jour avec un passage dans le brouillard, et une après-midi plus calme et un peu plus
ensoleillée.
Après un pas de danse… et de bons moments, un passage à Castelnou, belle cité médiévale,
des paysages de toute beauté et en fond le Canigou
Un régal pour tous
Le soir, nous avons été invité par notre fournisseur d’équipements pour un apéritif convivial et
nous avons aussi découvert de nouveaux maillots, cuissards et gants. Un moment très
apprécié par le groupe et notre hôte. Merci encore à « autour du vélo » et Malène Pedersen
pour son accueil.

[highlight color= »fire » style= »style-1″]3ème étape 19 mai[/highlight]
Céret, Corsavy, Arles sur Tech, Coustouges, Le Perthus
148 km 2600 m dénivelé
Beau temps
Cols : col de la Descargue (1393m) col de l’Ancia (662m) col du Perthus (299m)
Le tracé le plus costaud du stage, un avant-goût pour accéder à Corsavy et la montée vers le
col de la Descargue, pratiquement aucune voiture, la route est à nous.
St Laurent de Cerdans, Coustouges puis un passage en Espagne par Agullana et le fameux col
du Perthus, mais là que de monde.
Un final à zigzaguer entre les véhicules et enfin, le plaisir de retrouver une route plus calme
pour finir en trombe vers l’hôtel à la sortie du Boulou. Ouf le maillot jaune est préservé !!!
Le dimanche matin, orages et pluies ont annulé la sortie, celle-ci se concentrant sur le Perthus
et quelques achats avant de rentrer sous ce même mauvais temps en milieu d’après midi.
Pour la deuxième année, nous sommes revenus avec un souvenir impérissable de ces
quelques jours passés ensemble, une excellente ambiance a guidé le groupe sur le vélo et en
dehors.
Les « anciens » de l’an dernier connaissaient cette convivialité, ils l’ont transmise aux
nouveaux de cette année et une belle osmose s’est dégagée. que du bonheur et de belles
images pour tous
Merci à Michel pour ses tracés, à Jean-Marie pour sa verve et son sourire permanent, merci à
Jean-Marc, Stéphane, Vincent, Patrick, Claude, Olivier, Pascal, et nos jeunes, Théo, Julien.
A l’année prochaine sans doute, pensons déjà à un nouveau challenge.

[highlight color= »cool-blue » style= »style-1″]Jean-Louis[/highlight]